Information sur l'Islande

DSC00527.jpg Tungufljot008.jpg Blanda019.jpg Blanda010.jpg Laugardalsa002.jpg Untitled-14.jpg Myndadiskur-2004-088.jpg RangaWest_01_HakanSteenlund.jpg Mika_Vainio_blanda_5.jpg LaxaiDolum_002.jpg
 

Islande et LAX-Á

IMG_1316x.jpgL’ Angling Club Lax-á est le plus important fournisseur de loisirs de plein air en Islande. Nous possédons des parcours de pêche sur près de 40 rivières mondialement réputées pour la pêche du saumon, de la truite et de l'omble arctique.

Nous vous offrons la possibilité de choisir entre un hébergement en lodge "full service" (comme à l’hôtel) ou "self-catering" (location meublée) avec tous les services indispensables à votre séjour de pêche tels que la mise à disposition de guides, la prise en charge de vos réservations hôtelières, vos transports, vos activités touristiques...


Nous avons également une solide expérience dans l'organisation de séjours de luxe durant lesquels vous apprécierez la cuisine gastronomique de nos grands chefs et bien plus encore..

 

 

 

 

 

 

Pratique du Pêcheur

L'Islande pratique du pêcheur

Géographie et Superficie : 300 km du Nord au Sud et 500 km d’Ouest  en Est, soit 103 000 km2, environ le 1/5 eme de la superficie  de la France  métropolitaine.  65 % de la superficie  totale sont  représentés  par  des  déserts  de sables , de scories volcaniques  et  des champs de lave, 15 % par des glaciers  dont  le seul Vatnajökull  est grand comme  la Corse  et  20 % par des paturages. Moins de 1 % des terres sont cultivées  ce qui explique  qu’il n’y a aucune  pollution  d’origine agricole  dans les rivières. L’altitude  moyenne  est  de 500 m. et le point culminant   de l’île  s’élève à 2120 m

Climat : Contrairement   à  une  idée  reçue , l’Islande  n’est pas un pays  froid. L’influence du Gulf Stream  s’y  fait sentir  sur presque  tout  le pourtour de l’île. Les températures  moyennes  en hiver  à Reykjavik  sont  plus élevées  qu’à Paris. Le climat  peut  être qualifié de tempéré  frais, ce qui est idéal  en été  pour les salmonidés.
Les températures  moyennes  estivales sont  de 12 à 15 °c,  mais peuvent  varier  de 5 à 25 °c. La météo  est très inconstante, une même  journée  en juillet  peut  voir se succéder  trois ou quatre  fois en 24 h averses, bourrasques   et  périodes  d’ensoleillement.  Les Islandais  ont  coutume  de dire :  « si vous n’aimez pas le temps qu’il fait, attendez une minute ». Un peu comme notre Bretagne, le sud-Ouest  du pays  (région de Reykjavik)  subit de plein fouet les influences  océaniques.  Le Nord et l’Est de l’Islande  ont  un climat  beaucoup plus stable et ensoleillé  en été. Le pêcheur  ou  le  randonneur  devront  en conséquence  toujours avoir un anorak  coupe-vent  et imperméable   prêt à être enfilé, ainsi que des sous-vêtements  type  thermolactyl  ou  Capilène  et une « polaire » en réserve dans le sac à dos. Des waders  respirants  ainsi que des chaussures de randonnée compléteront   l’équipement.

Population : 295 000 habitants, ce qui en fait la plus faible densité de population européenne (moins de 3 habitant s au km2)  et explique  que l'impact humain sur la nature soit assez limité. D'autant  plus limité  que plus des trois-quarts  de la population est concentrée dans et autour de la capitale Reykjavik.  Akureyri, la « grande » ville du Nord  concentre  45 000 habitants.  Faites  le compte, et vous retrouverez  les 30 000 habitants restant  dans de petits ports qui jalonnent  les côtes  et dans des fermes  essaimées  dans les verdoyantes  vallées.
Descendants  directs  des Vikings  qui se sont établis  sur l’île  à partir du X eme siècle, et  sont restés pratiquement   isolés  de tout brassage de population  jusqu’au  milieu du XIX eme siècle, les Islandais  ont conservé  nombre  de leurs croyances  et traditions  d’origine . Plus la moitié de la population admet  croire  aux elfes (gentils  lutins) et aux trolls (méchants  démons). L’islandais  est considérée  comme  une des plus anciennes  langues  européennes, pratiquement inchangée depuis le  X eme siècle. Mais rassurez-vous , l’Islande est aujourd’hui un des pays les plus modernes du monde, entièrement   converti aux nouvelles   technologies   (internet, etc) et pratiquement  tout le monde  parle également l’anglais.

Economie : L’économie du pays qui s’était envolée depuis une dizaine d’années en surfant sur les services et sur l’activité bancaire, s’est écroulée en novembre 2008. La bourse de Reykjavik a perdu 90% de sa valeur et la couronne islandaise a été dévaluée de 50%. Plus de la moitié des revenus du pays  proviennent  encore de la pêche industrielle  (morue, haddock, flétan ). Le tourisme est l’autre poste important de l’économie islandaise. L’agriculture  est auto-suffisante , les produits  laitiers  et la viande  (notamment  de mouton)  sont considérés parmi les meilleurs du monde. Fruits et légumes  (y compris bananes et raisins) poussent  sous d’immenses  serres chauffées  par la géothermie.

Formalités  douanières : L’Islande ne fait pas partie de la C.E.E. (il se pourrait que le nouveau gouvernement -des élections sont prévues en mai 2009- demande l’adhésion du pays à la CEE…)mais appartient à l’espace de Schengen. En conséquence  pour les ressortissants de la CEE aucun visa n’est demandé  et une carte  d’identité  en cours de validité  suffit. (Passeport recommandé toutefois)
Aucune  vaccination   n’est exigée  ou recommandée.
Les voyageurs  sont autorisés à importer  en Islande  3 kg de ravitaillement  par personne  à l’exclusion  de produits  frais et d’aliments  crus, ainsi qu’un litre de spiritueux  et un litre de vin.
Attention, pour les pêcheurs, un certificat de désinfection du matériel  (cannes, soies, moulinets, mouches, waders etc) est demandé  à l’arrivée. Faute de l’avoir fait effectué moins de 8jours avant le départ  par un vétérinaire, une désinfection  payante  sera effectuée  à l’aéroport.

Monnaie : la Couronne  islandaise  (IKR).  Un euro  équivaut début 2009 à environ  160 IKR . N’en changer qu’un  minimum   nécessaire  aux  petits  achats. Les cartes bancaires (Visa, Euro-Card) sont acceptées  partout  (stations services, super marché, restaurants, campings , etc…)

Transports : Une route  en grande  partie  asphaltée  fait aujourd’hui  le tour de l’île (1416 km). Partout ailleurs  des pistes gravillonnées  permettent  de rejoindre, villages,  fermes et points d’intérêt  touristiques. Attention  la vitesse est strictement  limitée à 90 km/h sur  l’asphalte  et 80 km/h sur les pistes.

Adresses utiles :
Ambassade  d’Islande : 8 av. Kléber 75116 Paris tel 01 44  17 32 85
Office du tourisme  d’Islande : : 8 av. Kléber 75116 Paris tel 01 53 64 80 50
www.icelandair.fr

Matériel de pêche conseillé pour l'Islande

canas.jpg

 Pour le saumon. Beaucoup de rivières islandaises sont de petite taille et les cannes à une main de 9 à 10 pieds pour soie de 8 à 10 conviennent parfaitement. Sur les grandes rivières (Big Laxa, Ranga, Sela…) ou pour les inconditionnels du spey cast à deux mains, une longueur de 12 à 14 pieds est amplement suffisante (surtout avec les cannes et les nouvelles techniques de lancer mises au point par Loop, qui conviennent admirablement aux eaux islandaises). Une soie flottante avec possibilité de raccorder une pointe plongeante, permet de faire face à la plupart des situations. Traditionnellement, dans les eaux trés claires des rivières d'Islande, les mouches qui comportent une touche de bleu sont les préférées des guides et des pêcheurs locaux: Blue Charm, Hairy Mary, Laxa Blue sur hameçon simple ou double. En juillet-aout, les petits tube-flies type « stoat tail » donnent également de trés bons résultats. Les imitations islandaises  de crevettes comme les célèbres Red ou Black Frances sont trés efficaces, en eau froide quand les saumons se tiennent près du fond. Dès que  l'eau se réchauffe, les saumons islandais répondent particulièrement bien à la technique du "rifling hitch" qui consiste à faire draguer ou "patiner" une petite mouche en surface.

Pour la truite. Sur la plupart des rivières, deux puissances de cannes sont nécessaires. Pour la pêche au streamer ou avec de grosses nymphes plombées, une 9 pieds pour soie 6 à 8, qui en outre, permettra les jours de vent, de plaquer une mouche à quinze mètres du bord. Pour la pêche en sèche et en nymphe classique (à vue ou au fil), une 8p5 à 9 p pour soie 4/5 convient parfaitement. A  partir de la fin juin, et tout au long des mois de juillet et d’aout, sur de nombreuses rivières à truites, de massives éclosions de petits éphémères, de chironomes, de moucherons (simulidés) et de phryganes (le soir), font littéralement entrer en ébullition la surface de certains pools (sur la Laxa in Myvatn, la Litla et la Galtalaekur notamment). Mais attention faire monter les grosses mémères qui se gavent de cette manne n’est pas toujours facile. Si elles ne sont pas aussi regardantes toutefois que sur la Vis, le Doubs ou la Loue francomtoise, il ne s’agit cependant pas de leur présenter comme le font les pêcheurs américains, une Royal Coachman ou Royal Wulff montées sur hameçon 8 ou 10. Les petits culs de canard et autres émergentes type Petitjean donnent d’excellents résultats. Prévoir pour les pointes de bas-de-ligne, le meilleur matériau que vous trouverez et prévoyez de pouvoir en changer  souvent pour cause de casse ou d’usure. Amener à la main ou à l’épuisette des truites sauvages et combatives en diable de plus de quatre livres sur des pointes de 14 voire même 16/100 eme, n’est pas gagné à tous les coups…Les jours de vent, vous pourrez prendre votre revanche avec une grosse nymphe ou un streamer attachés au bout d’un bon 22/100 eme mais là, seules les vrais grosses de plus de huit livres devraient vous poser un problème à résoudre.

Pour la truite de mer. Canne 9 à 10 pieds pour soie 7 à 10. Dans certaines rivières (Eldvatn, Litla, Varma) les truites de mer de plus de dix livres ne sont pas rares et des poissons trophées de 15 à 18 livres sont capturés tous les ans (record pour 2003, une truite de mer de 11 kg sur l’Eldvatn).. Prévoir des bas-de-ligne  en conséquence, d’autant que ces poissons quand vous les toucherez ne seront souvent dans la rivière que depuis quelques jours, quelquefois quelques heures (pêche en estuaire) et qu’une fois ferrées,  elles vous montreront ce que nager et sauter veut dire. Les mouches classiques à truite de mer utilisées en Ecosse ou en Normandie conviennent parfaitement. Sur certains pools (Litla et Varma) vous pourrez les pêcher en sèche avec de petites mouches.  Dans les estuaires de ces  mêmes rivières, utilisez de grands streamers soit tout noir (Ace of Spade, Sunray Shadow) soit des imitations brillamment colorées de sprats, de lançons ou de petits harengs. Et là encore, avec ces grandes mouches, de même que sur l’Eldvatn, ne « descendez » pas en pointe en dessous de 3o ou 35/100 eme, ou alors à vos risques et grands périls et prévoyez d’avoir au moins 150 m de backing en réserve derrière la soie. Dans les estuaires, les truites de mer, une fois ferrées, savent très bien faire demi-tour et repartir à toutes nageoires dans les vagues de l’Atlantique Nord, ou aucun obstacle alors ne vient ralentir leur folle course.